Bref, j'ai fait du bleu (vegan !)

Publié le par Marie

Bref, j'ai fait du bleu (vegan !)

Le fromage est souvent ce qui est le plus difficile à arrêter lorsqu'on se tourne vers un mode de vie végétal. Il faut dire que notre culture et patrimoine français y est pour beaucoup... ! Heureusement, le "fromage" végétal se développe à toute allure et commence à réellement proposer des choses intéressantes, je pense notamment aux excellentes marques Nutcrafter Creamery ou Mouse's Favourite (mais assez onéreuse et seulement disponible sur internet).

J'ai récemment découvert le formidable site Cashewbert qui permet de commander un kit de noix et bactéries pour réaliser soit-même ses "fromages" végétaux. J'ai trouvé l'idée absolument géniale, autant pour le côté "fait-maison" de la chose que pour l'accessibilité au fromage végétal qu'elle apporte - enfin, sous réserve d'avoir quelques économies de côté, car ces kits ne sont pas donnés... 

A force de faire mes yaourts maison, utilisant souvent un yaourt de la fournée précédente (et donc les ferments déjà naturellement présents dans ce yaourt), je me suis interrogée... 

Pourquoi ne pas utiliser ce même procédé pour faire vivre et revivre mon "fromage" végétal éternellement ?

En effet, j'avais dans mon frigo un "bleu" vegan de chez Nutcrafter Creamery qui, si je le laissais quelques jours au frigo sans le toucher, se recouvrait d'un plus ou moins épais duvet bleu vitesse grand V que j'étais obligée de gratter régulièrement. 

C'est donc que ces petites bactéries étaient en pleine forme ! 

J'ai donc essayé d'utiliser le processus pour me refaire un "bleu" entier utilisant le petit reste de celui de Nutcrafter Creamery que j'avais.

J'ai mixé ensemble ce petit bout de "fromage" avec 100g de tofu lactofermenté et 100g de noix de cajou, un peu de sel, poivre, ail en poudre et levure maltée, et de l'eau minérale jusqu'à obtention d'une texture crémeuse et homogène. J'y ai ajouté par gourmandise quelques noix concassées au dernier moment, puis ai versé mon mélange dans une gaze pour le laisser égoutter et fermenter 12 à 24h à température ambiante. 

 

Et voilà le résultat ! La texture reste assez crémeuse mais je ne l'ai laissé égoutter qu'une seue nuit, je pense qu'il est possible de le laisser s'affiner à l'air plus longtemps, ou peut-être avec du matériel plus professionnel.

En terme de goût : ça marche - et même du feu de dieu ! Puisque même ensuite conservé au frigo, le goût et la couleur bleu ont continué de devenir de plus en plus intense, presque trop fort... 

Pour adoucir ce goût, j'ai mélangé une partie de "bleu" nouvellement créé avec du yaourt nature non-sucré et à nouveau sel, poivre, ail et levure malté pour en faire une sauce au bleu ou type "gorgonzola" - délicieux ! Mais là encore, en quelques jours le goût devient très fort...

 

Il y a donc encore un petit bout de chemin à faire dans ce domaine, mais ces premières expérimentations de "fromage" végétal maison m'ont plutôt encouragée à persévérer - finalement, il ne s'agit que de fermentation, procédé en soi plutôt simple, mais dont les dosages, bases (cajou, amande, tofu...) et aromates sont multiples, et qui mérite réellement d'être exploré ! 

Bref, j'ai fait du bleu (vegan !)
Bref, j'ai fait du bleu (vegan !)
Bref, j'ai fait du bleu (vegan !)
Bref, j'ai fait du bleu (vegan !)

Commenter cet article