Annoncer qu'on devient végéta*ien : les réactions, et comment survivre en milieu social

Publié le par Marie

 

Annoncer que l'on devient végéta*ien n'est jamais chose facile, même et je dirai encore plus lorsqu'il s'agit de son entourage proche. Je partage ici avec vous mon expérience, car j'ai vraiment découvert certaines facettes de personnalité à travers mon annonce et la réaction que les gens ont pu avoir. Et si j'ai eu quelques mauvaises surprise, j'en ai surtout (et heureusement) eu de très bonnes !

 

On commence donc par les moins bonnes, pour aller vers les meilleures réactions que j'ai pu avoir face à ma transition végétalienne.

 

  1. Ceux qui n'y comprennent rien

Typiquement la personne pour qui les animaux ne sont que des bêtes d'élevage, et qui ne voit pas en quoi un porcinet est attendrissant. Et qui ne fait même semblant d'essayer de comprendre votre point de vue, qui trouve ça bien stupide et bien prise de tête pour vraiment pas grand chose. Qui à la rigueur, pourrait comprendre le végétarisme (bien que ridicule), mais qui alors ne voit VRAIMENT pas pourquoi exclure lait, oeufs et beurre – alors que pour moi, l'un est juste l'aboutissement de l'autre.

Si cette personne vous est vraiment nuisible... Evitez-la. Si elle tolère vos "manières", malgré qu'elle n'en pense pas moins, les choses changent un peu. Le problème se pose surtout quand, pour des raisons familiales ou professionelles, vous ne pouvez pas éviter cette personne... Dans ce cas, faites simplement abstration; la bave du vilain crapaud n'atteint pas la blanche colombe ;-)

 

  1. Ceux qui disent comprendre... alors qu'en fait pas du tout

A la différence des premiers, ceux-là font au moins l'effort d'essayer de discuter avec vous; même si vous allez rapidement sentir dans leur comportement qu'en fait, ils n'ont pas saisi le truc du tout. Par exemple, "mais tu nous invites à manger... vegan ?? On peut apporter des saucisses quand même ?" ou alors "mais c'est quoi c'est du fromage de soja ? (car oui, pour cette catégorie de gens il n'y a que le soja ;-)) Mais ça pue, tu manges ça ?? Je suis sûr(e) que c'est mauvais pour la santé." - très rigolo quand la phrase précédente vous est dite par un fumeur qui ne fait pas de sport... Qui plus est, quand ça fait 7 ans que vous vous coltinez des études de médecine, et que la santé vous pensez maîtrisez un petit peu ;-)

A la limite, il est difficile d'en vouloir à ces personnes là, car leurs réactions sont plus attribuables à de la maladresse qu'à autre chose... Comme pour précédemment, ignorez les réactions qui vous déstabilisent, et tentez de les initiez doucement – tout doucement :-)

 

  1. Ceux qui comprennent vraiment, mais...

Cette catégorie regroupe essentiellement ma famille, que j'adore et que j'aime et qui m'a toujours soutenue dans tout ce que j'ai fait, et aussi vers cette transition végétale (et je les en remercie de tout coeur !! <3); mais qui ne sont quand même pas 100% à l'aise avec la chose, que ce soit dans l'idée ou dans la pratique...

Il y a Mamie, avec qui je parle de cause animale et des méfaits de la viande sur la santé sans problème, et qui partage mon opinion sur de nombreux points; mais que j'entends dire à voix basse "de toutes façons ce genre de régime ce n'est pas possible sur le long terme...", ou qui est heureuse de m'avoir cuisiné une jardinière de légumes – avec des lardons ! (je t'aime Mamie ;-) ;-*)

Il y a Maman, de qui je tient mon amour pour les légumes je crois (gavée au jus de carotte depuis ma période foetale ;-)) et qui est toujours partante pour goûter un morceau de tofu; mais qui prépare une paëlla le jour où je viens à la maison... (je t'aime maman ;-) ;-*)

Il y a les petites soeurs, l'une fana de charcuterie, l'autre cuisinière 100% pur-beurre, et qui, septiques au début, manifestaient plus ou moins discrètement leur agacement quand j'annonçais que ce serait à nouveau moi qui préparerait le gâteau de Noël, ou d'anniversaire. Mais qui à présent, m'encouragent et me félicitent régulièrement, sont fières de moi, et me demandent maintenant presque de leur filer mes recettes ! ;-) <3

Et puis il y a les autres, qui tous sont curieux et m'encouragent... mais qui malgré tout ont prévu un repas à base de viande quand je suis invitée à manger.

Dans toutes ces situations, si au début on est déçus, on se demande "mais n'ont-ils rien compris ...?", il ne faut en fait pas oublier que nous ne sommes PAS le centre du monde, et rarement le seul invité à table (car c'est souvent là qu'à lieu le malaise). Et que si la transition vers le végétalisme est compliquée pour nous, elle l'est encore plus pour l'entourage qui n'est pas initié du tout ! Il ne suffit pas de dire "sans viande sans lait sans oeufs"; comme je le disais dans un article précédent, cuisiner végétal c'est restructurer complètement sa cuisine.

Il est donc de bon ton, quand on est soi-même végétalien, de proposer d'apporter quelque chose à manger au début, que ce soit un plat ou un dessert, ou d'essayer de savoir de quoi sera fait le menu pour s'adapter et ne pas avoir l'air d'apporter sa lunch-box. Exemples faciles : proposez d'apporter le dessert. En général, ce n'est JAMAIS végétalien quand on est invité; et en plus, cela pose peu de soucis d'arriver avec un dessert même si un autre gâteau est déjà prévu. Vous êtes nul en cuisine ? Apportez des sorbets et des spéculos et proposez une petite coupe de glace gourmande; les deux sont végétaliens de base dans leur composition ;-). Niveau salé, vous trouverez en général toujours des légumes ou une salade, ainsi que du pain pour vous rassasier. Enfin, avec l'été qui arrive, vous allez de plus en plus souvent être conviés à des barbecue; l'angoisse ? Mais non au contraire ! Profitez-en pour faire découvrir à vos amis (ou vous faire plaisir tout seul avec) des merguez de lentille corail, des brochettes de tempeh ou de polenta, des légumes rôtis...

Enfin, n'oubliez pas que personne ne vous juge. Si vous refusez la côtelette de porc en expliquant et avec politesse, vous ne devriez pas avoir de soucis; mais surtout, si vous mangez des carottes à la crème et un éclair à la vanille, un éclair de foudre ne s'abattera pas sur vous non plus. Essayez de trouver le compromis qui vous va moralement le mieux.

 

  1. Ceux qui au delà de comprendre, s'intéressent

Ceux-là, c'est souvent ceux à qui on ne s'attend pas, à qui vous annoncez toute timide que vous devenez végétalienne, et qui vous répondent "wow mais c'est super ! C'est vrai qu'avec tout ce qu'n voit aujourd'hui, la cruauté, l'industrie..." etc; et là la discussion est lancée. J'ai le souvenir d'un ami d'une amie (c'est dire si nous n'étions pas si proches), boucher (arg), à qui j'ai timidement acquiescé quand il m'a demandé si c'était vrai ce qu'on disait, si j'étais vraiment devenue vegan. Et là, stupéfaction, "je trouve ça vraiment bien". (WHAT ?!) "Végétarien je trouve ça idiot, je trouve que ça n'a pas de sens; là au moins tes idées sont vraiment abouties". Incroyable.

A minima, ça a été le cas avec plusieurs de mes amis, ceux à qui je ne m'attendais pas, presque les plus gros mangeurs de viande qui s'y sont intéressés. Et voir ces réactions là, ça m'a vraiment fait chaud au coeur. :-)

 

Au final, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise catégories dans lesquelles ranger vos proches. Il faut juste savoir que tous ne réagiront pas pareil, mais qu'au delà de se frustrer parce qu'on a mis des lardons dans vos courgettes, il faut essayer de comprendre. Souvent les gens sont curieux, et s'ils vous aiment ils auront à coeur de vous faire plaisir, et d'apprendre de vous comment faire un délicieux tiramisu de tofu soyeux ;-).

Il y aura toujours une infime minorité de personnes qui touvera ça ridicule; tant pis, ne changez pas vos convictions pour eux, même s'il est normal dans ces moments qu'ils vous mettent dans le doute. Si vous avez basculé vers le végétalisme, c'était probablement pour une bonne raison, et une raison assez puissante pour que cette transition soit durable (sinon vous auriez abandonné au bout de 3 mois, tant ce régime reste socialement difficile à tenir ! ).

Je me rend compte dans ces dits-moments de doute, que je ne supporterai pas de revenir en arrière, de manger du jambon discount et de fermer les yeux sur l'horreur de l'élevage et de l'industrie actuelle, tant morale que diététique. Alors oui ça peut ressembler à une prise de tête – c'est juste une prise de conscience.  

Annoncer qu'on devient végéta*ien : les réactions, et comment survivre en milieu social

Commenter cet article

Gwenaëlle 04/07/2016 23:40

Quand j'ai annoncé à mes parents que je devenais végétarienne, ils partaient en vacances, mon père est revenue avec un saucisson pour moi ! Mais bon, depuis il l'a intégré !

Marie 05/07/2016 08:31

Ah, les vieilles habitudes sont dures à faire partir ;-) il ne faut pas oublier que si le cheminement à ete long pour nous, il risque de l'être aussi pour nos proches ...!